Au service surnatural de sa majesté - Daniel O'Malley

 

Gil-Antoine

L'avis de Gil-Antoine

En terme style de roman, j’aime bien la science-fiction (mais pas quand on tombe dans le fantasy)… J’étais un peu sceptique quand Bellus m’a passé le livre mais visiblement c’est un livre facile à lire, un livre pour l’été… Octobre c’est pas si loin d’août… Let’s go !

Dès le début je suis rassuré : pas de fantasy à l’horizon, que de la science-fiction, un bon point. Outre le côté peu réaliste de la section secrète du gouvernement britannique dédiée aux faits surnaturels, on est bien dans un univers réaliste. Comme précisé par Bellus, on suit Myfanwy Thomas une femme amnésique que l’on apprend à connaitre en même temps qu’elle apprend à se connaitre avec pour seul aide le guide rédigé de son ancien elle.

Le style d’écriture est hyper fluide, on est totalement happé par ce roman qui va à 300 km à l’heure, comme la nouvelle Myfanwy : un rythme à vous faire perdre haleine (et rater quelques arrêts de bus aussi)… Les pages défilent et on arrive rapidement à la fin, en un souffle, à bout de souffle.

Il parait qu’une suite serait en train d’être écrite : on a hâte qu’il arrive en librairie !

 


Bellus

L'avis de Bellus

etoile4

Comme je vous l’ai déjà dit auparavant, il m’arrive de choisir des livres en fonction de leur couverture. Pour celui-ci, en plus de la couverture, le titre m’a intrigué. Ça parle donc de l’Angleterre avec un truc surnaturel. Je ne pouvais qu’être attiré.

J’ai un sacré penchant pour toute la littérature contemporaine anglaise avec les Jonathan Coe (je vous conseille « Testament à l’anglaise »), Nick Hornby (dont « Juliet naked » est absolument génial) et L.C. Tyler (avec son héros Ethelred Tressider dont les livres ont des noms extraordinaires) par exemple. Je sais pas, cet humour plein d’humilité, ça me plait et je suis jamais déçu.

Vous allez me dire que Daniel O’Malley est australien… Certes mais son livre sent l’Angleterre à plein nez et c’est bon.

Le pitch de base est génial : une femme se réveille un soir dans un parc, autour d’elle se trouvent plusieurs mecs avec des gants qui sont morts, mais elle se souvient de rien. Elle déambule dans la rue, abasourdie et perdue. Elle met la main dans son manteau et là, elle découvre une lettre qui lui est adressée. Cette lettre, elle se l’était écrite à elle-même, sachant qu’elle perdrait la mémoire.

C’est délire, mais jouissif.

La fameuse Myfanwy Thomas se découvre peu à peu, reprend sa vie d’avant sans avoir la moindre idée de ce qu’il faut faire, tout en essayant de comprendre qui est le traître qui a essayé de l’éliminer. Le fait qu’elle travaille pour la Chequy (une agence secrète en charge des événements surnaturels au Royaume-Uni) n’a que peu d’importance. Ça apporte juste de l’action au livre et ça donne un certain pouvoir à l’héroïne sans tomber dans le Marvel à 2 balles.

Ce qui est bien foutu dans le livre, c’est l’opposition entre les deux Myfanwy Thomas. Celle qui a tout anticipé et a laissé des notes partout pour elle-même (introverti et névrosée). Et la nouvelle Myfanwy Thomas qui, ayant subi une sorte de « reset », a une approche de la vie et un caractère totalement différents (plus affirmée, plus autoritaire avec ses collègues). En tant que lecteur, j’ai vraiment eu l’impression qu’il y avait deux personnes distinctes. Et la manière qu’a l’auteur de jouer entre le récit actuel et les lettres précédemment écrites est très intelligent.

C’est marrant mais ce livre m’a vraiment fait penser à la série des Spellman de Lisa Lutz. Dans le sens où on suit l’histoire d’une gonzesse de nos jours (avec des soucis du quotidien comme tout le monde) mais qui vit dans un univers particulier (surnaturel pour O’Malley et détective privé pour Lisa Lutz).

Foncez lire tous ces livres cet été, c’est léger et drôle.

 


 

Quelques infos en plus

Type : Roman surnaturel
Éditeur : Pocket
Parution : Mai 2015
Nombre de pages : 664 pages
Prix : 8,40 euros